Non classé

Un Narvélo ramène le Quattrovelo de Vendée

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je (Basile Ploteau) présente mon aventure de 4 jours pour ramener le Quattrovelo de Vendée ! Bonne lecture :

Réception du vélomobile chez CyclesJV&Fenioux

Mercredi 20 février au matin, je suis allé à Chasnais en Vendée pour récupérer le Quattrovelo financé par MUSE, FFVélo et nos généreux donateurs. Dans un premier temps j’ai pu coller les logos sur le vélomobile, ils étaient un peu durs à fixer sur la coque qui est très courbée. Mais voici le travail fini :

Après quelques réglages, calculs d’itinéraire et aurevoirs j’ai enfin pris la route pour Nantes enfin plus précisément Carquefou où m’attend de la famille.

Après 130 km de vélo à une vitesse moyenne de 30 km/h, je suis arrivé à Carquefou après des passages compliqués en agglomération ! Le pont de Bellevue est impressionnant mais dispose d’une belle piste cyclable.

Premier Warmshower au Mans

Le second jour je me suis rendu au Mans. Une belle étape de 170 km entièrement dans le brouillard. Quand l’air est humide toute la condensation apparaît plus facilement sur le vélomobile et DANS le vélomobile. Il est donc difficile de réguler sa température dans de telles conditions.

De belles gouttes qui s’accumulent sur le rétroviseur

Au Mans je me suis fait accueillir par Samuel et Lucie, un jeune couple charmant. Nous avons partagé un bon repas ainsi que nos expériences de voyage. Grâce à leur expérience j’ai pu avoir plein d’informations intéressantes au sujet des pays baltes qu’ils ont visités. Ce sont aussi de grands amateurs de jeux de société. Ainsi nous avons joué aux Aventuriers du Rail édition Scandinavie, quoi de mieux pour préparer un voyage dans le grand nord.

Chartres

Le troisième jour a commencé par 30 km de voie départementale très passante, les voitures roulaient à 90 km/h et moi à 50, plutôt rapide pour un vélo n’est-ce pas !

Ensuite une belle montée avant d’arrivée sur la Beauce où une jolie pente douce jusqu’à Chartres m’attendait. Je suis arrivé assez tôt vers 16h chez Carmen et Eduardo ainsi que leurs enfants. Une famille espagnole qui m’a beaucoup parlé de l’Espagne, c’est presque sûr ça sera une des prochaines destinations du Quattrovelo ! Comme je suis arrivé tôt j’ai pu visiter Chartres, voir sa Cathédrale ainsi que ses petites rues avec de belles maisons :

Il y a aussi l’Eure qui passe en contrebas qui a beaucoup de charme :

La banlieue parisienne en vélomobile, une … expérience

A la sortie de Chartres j’ai repris des routes très passantes, et comme tout endroit où il y a du monde il y en a forcément des plus étourdis (pour être vraiment gentil). En effet un automobiliste semble avoir oublié les règles de dépassement, que ce soit 1m ou 1m50 là n’est pas l’importance parce que lorsqu’on entend le choc c’est qu’on est plus proche de zéro centimètre. Heureusement il n’y a pas eu d’accident et le Quattrovelo s’en sort avec des égratignures à peine visibles.

Le suite de la journée m’a davantage rappelé les sensations de la voiture que celle du vélo. En effet dès qu’on entre en agglomération on est limité par la taille de l’engin et on doit prendre toutes les précautions qui vont avec. Clignotant, angle mort, feux rouges, accélérer, rétrograder, se positionner sur les bretelles etc !! Un vrai calvaire on se retrouve à conduire une voiture sauf qu’il faut juste appuyer plus fort sur les pédales !

En bref

Une expérience dingue, où on se rend compte que le vélomobile permet d’aller clairement plus vite. Je ne l’ai pas encore dit mais j’ai réussi à pousser la bête à 78 km/h. Alors même si dans les montées c’est pas la joie on garde toujours un certain confort et ce peu importe la météo.

J’ai aussi eu de très belles interactions avec les passants, les automobilistes (sauf certains) et les vélos. Une expérience à retenter, j’ai hâte de prendre la route pour le grand Nord.

Article et Photos : Basile Ploteau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *