Paris sans voiture

Ce dimanche 16 septembre a eu lieu la journée sans voiture à Paris. Tous les ans la mairie de Paris organise une journée où les véhicules sont interdits dans Paris. Enfin ça reste quand même sur le papier parce qu’avec tous les taxis et les VTC, il reste quand même beaucoup de monde à attendre au feu rouge.

Cependant lors de cette journée la capitale change complètement d’ambiance, on y respire mieux, on se sent moins sale, on a un peu de calme. C’est vrai ça, sur un vélo tout est plus silencieux, même le halètement du cycliste en pleine montée sera toujours plus silencieux qu’un moteur de voiture à l’arrêt. Mais il n’y a pas que les moteurs qui disparaissent, les klaxons aussi qui laissent place au doux son des sonnettes annonçant l’arrivée triomphante de la vélorution.

Ainsi une jolie bande d’amoureux.ses de la pédale est partie de Bastille direction place de la Concorde. L’objectif était d’occuper l’espace public avec ces magnifiques engins à pédales. Les amateur.rice.s de slalom étaient déçu, en effet sans voiture, plus de conduite dynamique qui consiste à jouer avec clignotants, portières et véhicules de livraison mal garés (oui des cyclistes comme ça, ça existe). Mais c’est ainsi qu’on voit apparaitre plein de familles avec les enfants qui tracent la route librement. C’est une sacrée expérience pour la future génération. Si seulement ils pouvaient expérimenter tous les jours le vélo pour avoir ce sentiment de liberté. Ils ne verraient plus la route comme un endroit dangereux avec des feux rouges, des klaxons et le stress des parents devant surveiller les moindres faits et gestes pour éviter le drame. La route deviendrait un endroit où on rencontre des gens, où on peut laisser son esprit divaguer !

Nous avons bien évidemment profité de cette journée pour frimer un bon coup avec le vélomobile. Nous nous sommes immiscés au show room organisé à la mairie du 4e arrondissement pour présenter le véhicule à différentes personnes dont Mme Anne Hidalgo maire de Paris. C’était aussi l’occasion de le montrer aux passants, faire monter quelques personnes notamment des enfants dedans pour prendre des photos. Toutes les personnes rencontrées étaient souriantes et émerveillées et ça donne la patate pour la suite.


Mais est-ce que le vélomobile a vraiment sa place dans Paris ? J’ai envie de dire que non, du moins un Parisien n’en a aucune utilité étant donné qu’il a le métro, les bus et bien sûr les vélos à sa disposition. En effet le vélomobile est bien moins maniable en circulation. Cependant il faut savoir que beaucoup de trafic dans Paris et sur son Périph est dû à des automobilistes effectuant des trajets de banlieue à banlieue, sur ce type de trajet un peu plus long le vélomobile peut représenter un atout. Mais c’est vraiment en milieu rural que ce véhicule présente un réel avantage, c’est d’ailleurs l’utilisation que nous allons en faire avec Narvélos à travers nos futures randonnées. Aujourd’hui il existe des personnes qui font 100 km par jour pour aller au travail grâce à cet engin. Vous allez me dire qu’ils prennent plus de temps. Mais à ce moment j’aimerais vous demander comment vous quantifiez le temps perdu à cause d’un manque de pratique physique, ou encore le temps qu’il faut travailler pour payer son essence. Et même sans entrer dans des schémas comptables. Est-ce vraiment utile de compter le temps à ce point ? Ne vaut-il mieux pas quantifier les expériences en fonction des sensations qu’elles nous procurent plutôt qu’en fonction du temps qu’elles nous prennent ?

Pour finir, je vous mets un petit reportage dans lequel je suis passé lors de cette journée :

 

Basile P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *