Non classé

Expédition Cap Nord – Semaine 1

Bonjour à tous !
Dans cet article je vais vous raconter plus en détail notre première semaine de voyage. Tout d’abord, en résumé, nous avons parcouru près de 620km en 7 jours, de Montreuil à Wankheim, un village proche de Tübingen en Allemagne. Vous pouvez également jeter un oeil au vlog (résumé vidéo de la première semaine), à la fin de l’article !

Premier jour, un départ en fanfare !

Première galère, avant même le départ

Nous nous sommes données rendez-vous à Montreuil vers 8h-8h30 afin de pouvoir préparer nos affaires convenablement et être à l’heure au rendez-vous à la Mairie de Montreuil à 10h. Mais alors que nous nous apprêtions à ranger nos bagages dans les vélomobiles, nous nous rendons compte qu’il y a un pneu à plat sur l’un deux… Mince, on a dû pincer une chambre à air en changeant le pneu la veille… Mais bon, voilà première galère, on change la chambre à air en urgence et on demande au père de Basile de nous acheter des chambres à air en catastrophe le jour même du départ. Mais tout va bien.

Du monde à la mairie pour notre départ

De manière plutôt surprenante, il y avait pas mal de monde à la mairie pour fêter notre départ. De la famille, Des amis, des parents d’amis, des cyclistes qui avaient entendu parler de nous et qui voulaient faire un petit bout de chemin avec nous etc… Mais le père de Basile avait surtout invité une fanfare, Vent de Panique, ce qui donnait un aspect festif à notre départ. Puis derniers adieux et départ pour un premier arrêt à Vincennes, où notre partenaire Frédéric Dellière de la Ralaxothèque nous attendait. Petite pause, petite photo et puis le vrai voyage commence !

Déroulé de la journée

Une journée plutôt sympathique, nous avons commencé à pédaler avec quelques curieux puis le groupe s’est réduit au fur et à mesure. Nous n’étions plus que 4 lors de notre pause midi au Bois de Vincennes. Marie et Tim nous ont suivi jusqu’à Torcy et ont ensuite pris le RER A pour rentrer sur Paris.

Cependant même pendant cette journée, nous avons subi d’autres soucis. Tout d’abord, comme nous l’avions déjà observé lors de précédents voyages, il faut se méfier de Google Maps et des chemins qu’il fait emprunter, qui ne sont pas toujours adaptés… C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à quasiment faire du VTT en bord de canal… Pas très pratique en vélo, et encore moins en vélomobile ! Petite chute de Basile avec le Quest (oui, oui une chute en vélomobile), mais rien de grave, on a surtout bien ri.

Basile tombe en vélomobile

Au final le dénivelé de cette journée a plutôt pas mal piqué, surtout pour Zaher avec le Quattrovélo bien chargé. Nous arrivons de nuit à Boissy le Châtel, en empruntant une départementale plutôt fréquentée…

Un premier Warmshower accueillant

Nous avons été hébergés cette nuit là par Julien à Boissy-le-Châtel. Très sympathique, il nous a cuisiné un bon petit plat et nous avons pu prendre une bonne douche et dormir dans un lit douillet. Nous en avons aussi profiter pour vérifier les vélomobiles surtout après la chute de Basile. Nous avons eu peur que le parallélisme des roues avant ait été altéré, mais au final tout va bien, une simple hernie dans un pneu.

Le premier soir, on dort au chaud !

Deuxième jour – 160km

Etant donné le mal que Zaher avait eu dans les côtes avec le Quattrovélo, on a décidé de le décharger un peu et de remplir un peu plus le Quest. Journée plutôt calme, sans trop de soucis. On parcourt une bonne cinquantaine de km avant de faire une pause aux alentours de 13h. Nous sommes notamment passé par le village de Thiercelieux (c’était un pur hasard) et en remarquant ça nous nous sommes arrêtés faire quelques photos en référence au jeu du loup garou. Quelques côtes sur la suite de la journée mais pas insurmontables, on continue tranquillement et on finit sur une magnifique piste cyclable le long du canal de la Marne jusqu’à Saint Dizier. Une nouvelle fois, nous arrivons de nuit chez nos hôtes, Augustin et Lucile, mais en ayant tout de même parcouru 160km dans la journée.

Encore une fois, des hôtes très très accueillants qui nous ont cuisiné des lasagnes végétariennes et avec qui nous avons pu longuement discuter de voyage à vélo. Encore une fois, une très belle rencontre et une très bonne expérience par Warmshowers. On a quand même du porter les vélomobiles dans les escaliers pour les ranger dans leur appartement au premier étage, c’était assez drôle !

Troisième jour : la tempête

Pour ce troisème jour, une grosse journée nous attendait encore : 140km de prévu et encore une fois pas mal de dénivelé (enfin pour nous avec les vélomobiles, en vélo droit il me semble que ce n’est pas si énorme). Sauf que rapidement après le départ, la météo se fait capricieuse comme prévue… Des grosses rafales de vents (jusqu’à 100km/h !) et une pluie battante. Nous avançons comme nous pouvons mais le mauvais temps nous décourage un peu, le dénivelé également. La tempête est assez violente (alerte orange) et nous trouvons même un arbre abattu par le vent qui nous bouche le chemin. Mais après quelques minutes, Basile arrive à le dégager. Cependant au fur et à mesure que le temps s’éclaircit, nous prenons des pauses de plus en plus longues et nous nous rendons compte que nous n’arriverons pas à boucler l’étape. Nous cherchons des Warmshowers un peu plus proches mais aucune réponse positive malheureusement. On décide alors de passer dans une épicerie faire le plein de nourriture et d’eau un peu avant Toul pour pouvoir camper sauvagement. On monte le camp, un peu épuisés, 70km de parcourus quand même pendant cette journée.

Quatrième jour

Journée un peu difficile

Pour ce quatrième jour, on veut essayer de terminer l’étape d’hier. 70km de prévu donc, après les ravages de la tempête. La météo annonce encore de la pluie mais des vents moins violents (environ 50km/h) que la veille. Nous décidons également d’intervertir les vélomobiles entre Zaher et Basile. Quelques réglages s’imposent alors pour régler les hauteur de siège et position du pédalier. La pluie se remet à tomber, on tarde un peu à lever le camp. On part finalement aux alentours de 11h-11h30 (alors qu’on s’était levés à 8h). On se fait également arrêter par les gendarmes, mais par simple curiosité de leur part. On leur raconte alors notre aventure et notre projet.
Quelques minutes plus tard, Zaher se rend compte que les réglages du Quest ne lui vont pas et qu’il faut les modifier à nouveau. Cependant, la pluie a déjà bien commencé à tomber. On trouve un abribus pour essayer de rester au sec lors des réglages. On passe tout de même une bonne heure et demie, voire deux heures à changer les réglages du vélo avant de repartir. On emprunte de bonnes pistes cyclables, cependant, on constate les dégâts de la tempête de la veille. Beaucoup de branches sur la route et même des arbres que nous avons du dégager. Dommage que la route n’ait pas été déblayée, ça nous aurait fait gagner un peu de temps.

Réparations sous un abribus

Mais l’effort en valait la peine

On finit la journée sur la D400, de nuit. La départementale est assez passante, beaucoup de voitures, et ce n’est pas la plus agréable, surtout que descentes et montées s’enchaînent. On arrive encore une fois de nuit chez nos hôtes à Lunéville. Cette fois, c’est un couple de retraités, Geneviève et Didier qui nous hébergent. Extrêmement sympathiques aussi, nous avons pu chez eux faire une lessive. Ils avaient également des invités ce soir là et c’était un peu le festin au repas… Champagne, soupe de potimarrons à la crème, riz citronné sur épinards mixés, assiette de fromage et surtout une grande gamme de desserts faits maison comme des sablés au chocolat blanc et à la framboise et tartelettes amande recouvertes de confiture de groseilles… Un véritable délice ! A vrai dire on était un peu gênés de tant de bonté de la part de nos hôtes… Mais ça avait l’air de leur faire plaisir et ça nous a vraiment redonné la pêche !

Le lendemain, un bon petit déjeuner également avec le reste des desserts de la veille et nous sommes également repartis avec quelques snacks qu’ils nous ont laissé. Le meilleur Warmshowers qu’on ait eu jusque là ! (Et ça va être difficile de tomber sur mieux) On en profite pour leur dire un grand merci à nouveau.

Cinquième jour – 140km

On repart donc de Lunéville pour une grosse journée jusqu’à Kehl, juste de l’autre côté de la frontière franco-allemande. La petite info insolite du jour : on a croisé des alpagas en Lorraine !

Sinon la journée commence plutôt bien on roule tranquillement. Jusqu’à ce que l’on croise un arbre sur la route, encore une fois. La tempête a eu lieu il y a deux jours de cela mais les pistes cyclables ne sont pas dégagées. Cette fois l’arbre est trop gros pour que nous le sortions nous même de la route, on a arraché autant de branches qu’on pouvait afin de pouvoir passer en portant les vélomobiles.


Et quitte à être arrêtés on en profite pour jeter un œil au Quest, dans lequel les plateaux ne passent plus. On ne comprend pas trop pourquoi, et là on remarque que la pièce qui porte le dérailleur avant (une épaisse tige en métal) est assez tordue. Cela ne nous semble pas normal, on sort le pédalier du vélomobile afin d’en extraire la pièce… Effectivement c’est bien tordu

On réussit à la rendre droite en tapant dessus avec un de nos outils… Un peu radical comme méthode, mais apparemment ça a fonctionné, on a remis le pédalier en place et les plateaux passaient… On espère juste que ça tiendra longtemps. On profite de cette longue période d’arrêt pour faire une pause midi également, mais encore une fois, on a perdu pas mal de temps sur des soucis mécaniques. On repart quand même, sur la magnifique piste cyclable du canal de la Marne au Rhin. C’est assez plat, malgré quelques écluses qui nous forcent à monter des côtes courtes et assez pentues. La nuit commence à tomber et on ne veut pas arriver trop tard, on accélère le rythme. On contourne les routes barrées car les déviations ne mènent nulle part et nous font faire un énorme détour, on fonce et on finit par arriver à Strasbourg puis à la frontière allemande. On prend une petite photo et on discute avec un groupe de personnes qui sont intrigués par notre aventure. On arrive ensuite enfin à Kehl après une grosse journée chez Frédéric qui nous héberge pour la nuit.

A la frontière franco-allemande

Sixième jour : la Forêt Noire

On part de chez Frédéric de bon matin, qui nous avait conseillé un magasin de vélo pour réparer un souci qu’on avait constaté la veille : il y avait un peu de jeu sur le plateau du Quattrovélo à l’avant et on avait remarqué qu’une vis manquait. Elle avait dû être délogée à cause des vibrations. Très gentils, les tenants de Fahrrad Rapp nous ont offert la vis et les outils embout torx pour resserrer le pédalier. On continue la route en direction d’Appenweier mais les pistes cyclables sont très mal faites dans ce coin de l’Allemagne et on se perd pas mal de fois. On a du mettre près d’une heure et demie pour faire 15 petits kilomètres, sans gros dénivelé. Ici, petite pause dans un restaurant où nous reprenons des forces. On repart ensuite en milieu d’après-midi pour attaquer la forêt noire : +900m de dénivelé, le plus gros qu’on ait à affronter depuis le début du voyage.

On grimpe à une vitesse variant entre 3 et 5 km/h (c’était pentu) la plupart du temps. Il y a quelques portions plus douces mais globalement ça monte beaucoup. Après deux bonnes heures de grimpe et de magnifiques paysages on pense apercevoir la fin de la côte et on s’en réjouit. On fait une pause et prenons quelques photos avant de repartir. Et là nous nous rendons compte que la montée n’est pas terminée… Basile vérifie le dénivelé restant sur Maps… Il nous restait 300m de dénivelé positif avant le sommet… La désillusion !

Photo prise au sommet de la forêt noire (enfin c’est ce qu’on croyait…)

On finit de grimper le col et on aperçoit quelques bons centimètres de neige tassés sur les côtés de la route, heureusement que la route est bien déblayée ! On termine enfin cette longue montée alors que le Soleil a déjà bien commencé à se coucher dans la forêt noire. Phares bien allumés, on emprunte maintenant une grosse route pour descendre jusque Freudenstadt, où l’on doit se faire héberger. On avait prévu d’arriver aux alentours de 20h30, mais on n’a pas trop envie de pédaler trop longtemps de nuit, alors on fonce. La descente est longue mais agréable, on tape dans les 60km/h facile. Il suffit de bien serrer le guidon et de rester attentifs aux voitures, même si ça paraît un peu dangereux. On finit par arriver avec une heure d’avance sur l’heure prévue au Warmshowers. Là Carola nous accueille et nous prépare à manger. Très sympathique mais faut parler allemand ! Elle nous raconte ses voyages, notamment en Nouvelle-Zélande, et nous donne des conseils pour l’itinéraire du lendemain. Encore merci à elle !

Septième jour

Pour ce 7e jour, l’objectif est Wankheim, un petit village proche de Tübingen ; 70km de prévu pour l’étape du jour. Comme hier, les pistes cyclables sont pas très bien organisées au début et ça nous fait faire des détours. Mais on veut quand même un maximum éviter les routes limitées à 70-80 où les allemands conduisent comme des fous. Mais bon ils faut bien les emprunter, et ça nous raccourcit quand même vachement le chemin. On avance plutôt bien pour cette journée. On suit les indications de Google Maps et il a une nouvelle fois l’intention de nous faire traverser un chemin qu’il semble avoir inventé. Mais on a de l’avance aujourd’hui, on se lance. On arrive dans une grande étendue de verdure sans aucun chemin évidemment et rouler sur l’herbe en vélomobile, c’est pas le plus efficace. On roule à 5km/h alors que la “route” descend. Mais bon on en rit, et on profite du joli paysage pour faire notre pause midi. On continue ensuite tranquillement le chemin et empruntons routes, chemin le long de canal et on finit par arriver à Wankheim assez tôt, vers 17h. Pour une fois on arrive et le Soleil n’est pas couché !

De là, on va prendre un repos bien mérité. Pour résumer un peu la semaine, on a eu à faire face à pas mal de choses, des intempéries, mais surtout plus de pannes mécaniques que la moyenne je dirais. Mais ça nous a appris à réparer les vélomobiles, on est forgés à présent ! Et puis on s’éclate on rit bien, on traverse de magnifiques paysages et on espère continuer sur cette lancée tout le voyage !

A bientôt !

Zaher M.

VLOG

Je vous laisse également le lien du vlog, qui résume en vidéo notre première semaine de voyage, bon visionnage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *